Tests utilisateur en ligne

Appili propose un service des tests utilisateurs en ligne. A partir de 39,99 € pour un test, recevez en quelques heures des vidéos d'utilisateurs commentant leur parcours sur votre site. Cela vous permettra de repérer les points de frustration et de retirer les obstacles à la conversion.

En savoir plus

Tests utilisateur en ligne

Résultats rapides

Avec un panel de testeurs large, il y a toujours quelqu'un de prêt à répondre à vos tests. Les résultats peuvent être obtenus en seulement quelques heures !

En savoir plus

Résultats rapides

Low cost

Seulement 39,99 € pour un tests. Les tarifs sont dégressifs jusqu'à 24,99 € par test et aucun coût caché. Une série de test de 5 testeurs ne vous coûtera que 134,95 €

En savoir plus

Low cost

Ergonomie des sites web

5 conseils pour cesser de haïr votre designer (comment obtenir un design ergonomique ?)

Votre site Web a de mauvais taux de conversion et le design ergonomique escompté n’est pas au rendez-vous ; c’est bien sûr la faute de votre designer- en tout cas c’est ce que vos amis du marketing vous disent. Ils ne cessent de mentionner que les designers font des choses déraisonnables, comme mettre tous vos textes sous formes d’images ou (pire) développer tout votre site en flash.

Design ergonomique

Et en effet, votre dernière relation avec votre ancien designer vous a laissé un goût amer… Vous traitez de tous les noms cet « artiste » à qui vous avez tant donné pour vous retrouver désormais tout seul avec, à votre charge, un site Web qui ne transforme pas.

Ne désespérez pas, l’amour est sans doute au coin de la rue… Quelques conseils pour remonter la pente et vos taux de conversion au passage.

Trouvez le partenaire idéal

De la même façon que vous appréciez que votre chauffeur de bus ne prenne pas les sens interdits à 200 Km/h, le bon designer est celui qui suit les bonnes pratiques du Web.

Trouvez le designer idéalVoici quelques règles (et il y a en pas mal) que votre designer doit prendre en compte :
- Si vous optez pour un framework pas très ouvert aux excentricités les plus folles (Magento en étant le parfait exemple), le design aura de très fortes contraintes sur les équipes de développement
- Les layout doivent être facilement découpables (cf. les petits arrondis « si jolis » disséminés un peu partout sur votre design)
- Une bonne partie des contraintes d’accessibilité ayant attrait directement à la partie design, vous risquez tout simplement de ne pas pouvoir atteindre le niveau requis par la norme que vous visez

Avant même le premier contact avec votre designer, faites un brainstorming avec vos équipes pour lister l’ensemble des contraintes liées au design. Après tout, rien de plus simple que de comparer ces contraintes aux portfolios des candidats, qui concourrent au design ergonomique de votre site.

Un beau dessin vaut mieux que tous les discours

Pour faire simple, un wireframe vous permet de générer une vue d’ensemble de vos différentes pages, et en particulier la disposition des différents blocs qui les constituent avec les fonctionnalités qui leurs sont associées. Le wireframe peut être simple ou complexe et les dimensions ne sont pas forcément exacts, mais le principe général d’agencement de vos pages est bien en place.

L’avantage principal d’utiliser un wireframe est de garantir que tout ce qui devrait être sur votre site est bien présent à la place voulue. L’avantage caché étant de mettre en avant les blocs essentiels de votre site et de vous poser les bonnes questions en amont de la phase créative. La résultat étant un design ergonomique.

L’avantage encore plus caché est que vous commenciez à vous lasser de jouer avec Microsoft Paint et que Axure est tout de même bien plus fun. Cependant, jouez collectif : associer votre designer à la réalisation de votre wireframe est une riche idée.

N’attendez pas pour partager votre intimité

Cela fait des mois que vous planifiez dans les moindres détails la réalisation de votre site Web, vous êtes prêt à passer à l’action : vous décidez donc de faire intervenir votre designer. Grosse erreur de logique !

Partagez votre intimitéAssociez votre designer au plus tôt dans la préparation de votre site pour ces 2 raisons :
- Un designer, de par son expérience, connaît les bonnes directions que doit prendre votre site Web ; il est donc un guide précieux dans la course contre le temps que constitue la réalisation d’un site
- Il est fort possible que tout ce dont vous aviez rêvé ne se révèle pas réalisable lorsque ce vous allez le confronter aux réalités du Web et aux bonnes pratiques de l’utilisabilité

Faire intervenir votre designer sur le tard n’est pas la manière la plus efficace et certainement la plus coûteuse. Optez pour un design ergonomique : associez toute votre équipe à la phase design pour assurer que tout le monde soit sur la même page, ainsi qu’une meilleure adhésion à votre projet.

Parlez-lui de vos amis

Au final, le bon design est celui qui marche pour vos clients et qui les orientent vers ce que vous aimeriez qu’ils fassent. Ce que vous préférez ne compte pas autant que votre taux de transformation.

C’est pour cette raison qu’il est essentiel de savoir qui est votre audience et d’identifier votre client idéal.

La plus part des gens imaginent que les designers sont plus créatifs si vous leurs donnez le minimum d’information, ce qui équivaut au final à réaliser une séance de shooting photo dans le noir !

Au contraire si vous exposer clairement la typologie de vos clients à votre designer, tout deviendra plus clair pour lui et votre design ergonomique par la même occasion. Et il est fort à parier que l’expérience utilisateur n’en sera que plus agréable pour vos visiteurs.

Ne cachez pas vos problèmes

Votre désigner est avide de résoudre les problèmes que posent votre site : ne lui gâcher pas son plaisir ! Au lieu de le driver en lui proposant des solutions toutes faites, allez au plus simple : confiez-lui vos problèmes et rendez par la même occasion votre design ergonomique.

Ne cachez pas vos problèmesCherchez bien, ça ne devrait pas être trop difficile de faire une liste aussi longue que celle que d’un enfant hyperactif à la veille de Noël… Quelques idées en vrac :
- Mes outils de Web analytique me révèlent que mes clients ont du mal à aller jusqu’au bout de mon entonnoir de conversion
- Les tests utilisateurs mis en place remontent que mon site Web est difficilement lisible
- Je dois mettre en avant un nouveau service, mais je ne souhaite pas pour autant que cela éclipse mes offres précédentes

Source
[HOW TO] Have a Gorgeous Website Design AND Great Conversion Rates at the Same Time

Posté le par Florian d'Appili dans Ergonomie des sites web 2 commentaires

5 choses à mettre en place lorsque votre entonnoir de conversion craint

Vous avez investi des sommes rondelettes dans vos campagnes Google et avez en conséquence un trafic qui fait pâlir d’envie vos concurrents. Tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes… Tout, sauf que vous ne convertissez pas vos visiteurs en consommateurs. Pas besoin de chercher plus loin : votre entonnoir de conversion (ou tunnel de conversion) a un sérieux problème.

Visualisez votre entonnoir de conversion

Si vous n’avez pas déjà mise en place des objectifs de conversion sur Google Analytics (ou d’autres outil similaires), ne continuez pas à lire cet article, et revenez une fois que vous l’utilisez! Cet outil vous révèlera sur quelles pages vos visiteurs vous lâchent, et probablement où se trouvent les aberrations en terme d’expérience utilisateur que vous avez disséminé sur votre site sans vous en rendre compte.

Mais bien plus que quand vos visiteurs vous lâchent, ce type d’outils vous permettra de comprendre pourquoi ils quittent votre site et de réaliser statiquement un audit de votre site internet. Est-ce que vos visiteurs regardent d’autres sites pendant le processus de conversion parce que le tunnel que vous avez mis en place ne répond pas à leurs besoins ? Est-ce que vos visiteurs vous quittent lorsque vous leurs révélez vos prix ?

Si c’est du chinois pour vous, faite donc un tour sur le centre d’aide Google Analytics.

Mettez vos formulaires à la diète

FormulairesEst-ce que tous les champs que vous demandez à vos utilisateurs sont utiles ? Est-ce que vous pouvez enlevez le superflus pour ne garder que l’essentiel ? Réfléchissez-y… Avez-vous vraiment besoin de connaître la date de naissance ou la situation maritale de vos visiteurs ?

Si vous êtes un e-commerçant : est-ce que la page d’enregistrement et la page de livraison sont les mêmes? Mettez en place les bonnes pratiques d’utilisabilité que révèleraient sans doute l’audit de votre site internet.

Mettez votre mère à contribution

Rassurez-vous, on ne vous demande pas de revivre l’humiliation de porter le costume « désigné » par votre mère pour Mardis Gras. Appelez votre mère, et expliquer lui ce que vos visiteurs doivent accomplir. Ensuite mettez-là au défi de vous trouver sur Google et de passer par votre processus de conversion. Pourquoi votre mère ? Certainement une des seules personnes à accepter de réaliser un audit de votre site internet gratuitement.

Prenez des notes sur ce qu’elle dit et le temps qui lui est nécessaire pour accomplir les différentes étapes. Demandez-lui si le message a du sens : faites en sorte que vous communiquez à vos visiteurs d’une manière directe.

Si elle bloque sur le chemin aboutissant à une conversion, c’est que votre entonnoir a besoin d’une sérieuse refonte.

Investissez dans des tests utilisateurs

Tests utilisateursDepuis que les tests utilisateurs se démocratisent, il est désormais possible d’avoir des retours d’utilisateurs sur votre site (un peu plus objectifs que votre mère !). Pour quelques dizaines d’euros par test utilisateur ces startups vous permettent de réaliser un réel audit de votre site internet en expliquant leurs ressentis sur un site qui leurs est inconnu.

Vu qu’il y a encore quelques années, votre seul choix était de payer un test utilisateur complet en laboratoire pour environ 1500 euros, il serait dommage de s’en priver.

Pensez itératif : implémentez, vérifiez, implémentez…

Il n’y a pas de secret… En fait si, il y en a un : vous devez constamment vérifier analytiquement ce que vous avez perçu empiriquement. Cette façon de conjuguer statistique et empirique vaut mieux que le meilleur audit d’un site internet.

L’utilisation de Google Analytics vous permettra de comprendre statistiquement ce qui pose problème au niveau de votre site, puis les tests utilisateurs vous permettront d’affiner les soucis que vos visiteurs rencontrent. Ce dernier élément vous fera prendre des choix (bons ou pas) qu’il faudra vérifier statistiquement.

Les changements mis en place pouvant toujours être améliorés, il ne tient qu’à vous de rentrer dans le cercle vertueux de l’amélioration continue.

Source
7 Things You Can Do When Your Conversion Funnel Sucks

Posté le par Florian d'Appili dans Ergonomie des sites web 4 commentaires

Ergonomie et SEO : les 3 points qui coincent

De plus en plus d’articles sur internet mentionnent les avantages et désavantages de l’ergonomie par rapport au SEO. Cela peut étonner car ces deux sujets n’ont en apparence aucun rapport. L’un concerne la capacité à apparaître sur les moteurs de recherche, et concerne les liens entrants, meta-tags et densité de mots clés alors que l’autre se concentre sur l’utilisateur en cherchant à lui procurer la meilleure expérience Web possible. A priori donc, pas de rapport ou points d’achoppement.

yin-yang

Sauf que certaines recommandations en termes de SEO entraînent une mauvais expérience utilisateur et que certaines décisions ergonomiques bloquent au niveau du SEO. Au passage on peut relever ce paradoxe : le SEO a en grande partie pour objectif de faire gagner en visibilité sur Google alors que l’expérience utilisateur Web est elle-même fortement influencée par les choix de Google (le plus souvent excellents, à l’exception notable de Google Wave) qui deviennent rapidement des standards du Web.

Ci-dessous une description des 3 points points principaux de frottement entre ergonomie et SEO (cet article se focalise sur le « on-site SEO », car les liens entrants n’ont pas d’influence directe sur l’ergonomie)

La densité de mots clés

Pour améliorer son référencement, il est important d’écrire son contenu en gardant en tête le fonctionnement des moteurs de recherche. En s’assurant d’une certaine densité de mots clés préalablement identifiés, on sera automatiquement mieux placé dans les pages de recherche. Le problème c’est qu’en pensant trop aux mots clés et trop peu à l’utilisateur, le contenu devient illisible ou sans intérêt pour les utilisateurs, qui ne sont pas des robots de moteur de recherche.

Les cas extrêmes de ces pratiques sont les sites Web dont le business model est de répondre parfaitement aux requêtes de longue traîne des recherches Google afin d’afficher des liens rémunérés. Ces entreprises se focalisent sur les recherches rares de Google puis rédigent des articles contenant exactement les mots clés recherchés. Même pour des recherches rares, cela apporte un flux de visiteurs qui iront sur leurs sites et cliqueront sur leurs annonces publicitaires.

Un des leader dans ce domaine est Demand Media qui nous fournit des « perles » d’expérience utilisateur, tels que les fermes d’élévage de contenu que sont ehow.comexaminer.com ou encore mahalo.com. Cela donne des articles de « qualité », tel que cet « intéressant » guide en 8 étapes pour choisir un maillot de bain.

Le choix n’est cependant pas dichotomique: opter pour un contenu intéressant en se focalisant sur des mots clés préalablement choisis reste la meilleure solution pour améliorer votre SEO sur la durée en poussant vos utilisateurs à revenir sur votre site et en favorisant la création de liens externes pointant sur votre site.

Les URL

Une des recommandations pincipale du SEO est de placer ses mots clés dans l’URL, voir dans le nom de domaine. Dans ces deux cas, cela à un impact néfaste sur l’expérience utilisateur. Jakob Nielsen dans son article URL as UI explique que les URL qui fonctionnent le mieux en terme d’expérience utilisateur sont les URL courts et facile à se rappeler. Difficile en ce cas là de placer tous les mots clés souhaités dans l’url.

Jacob Nielsen

Le blog de Visual Website Optimizer est d’ailleurs pris en flagrant délit : visualwebsiteoptimizer.com/split-testing-blog. Pas moins de 6 mots clés dans l’URL de la page d’accueil du blog : tout simplement impossible de s’en rappeler ! A contrario, on peut citer le blog de Airbnb : blog.airbnb.com.

Il faut bien cependant prendre en compte que l’impact des URL sur l’expérience utilisateur s’estompe au fur et à mesure que les barres de recherche des navigateurs Web deviennent plus performantes. En l’occurence, en tapant simplement « visual blog » dans mon Google Chrome, le blog de Visual Website Optimizer est le premier résultat à s’afficher.

Ajax

Les technologies Ajax inventées (on a tendance à l’oublier) pour IE6 ont été un des plus grand pas en avant dans l’expérience utilisateur. Leur premier avatar a été Gmail, puis Google Maps, puis tous les géants du Web ont emboîté le pas de Google jusqu’à ce qu’aujourd’hui les technologies Ajax deviennent extrêmement répandus. Ces technologies permettent une plus grande rapidité et une expérience utilisateur beaucoup plus proche des applications desktop.

Le problème, en terme de SEO, c’est que les robots des moteurs de recherche n’exécutent pas le javascript. Cela fait que tout le contenu qui apparait suite à des actions Ajax est invisible pour les moteurs de recherche. Résultat : du contenu risque de ne pas être affiché sur la page de recherche de Google, même s’il correspondent exactement aux termes recherchés par l’utilisateur.

Ajax

Prenons l’exemple pertinent du site de vente de voiture en ligne Aramis Auto. Ce site repose sur un moteur de recherche utilisant des critères permettant de préciser les options, couleurs, prix et de n’afficher que les véhicules qui correspondent à toutes les options : avec Ajax. Pour accélérer le rendu, tout les calculs sont faits en Ajax. En conséquence, la plupart des fiches véhicules ne sont pas visibles par les moteurs de recherche. Dommage pour un site de vente en ligne : cela revenant à cacher la vitrine d’un commerçant.

La solution mise en place par Aramis Auto a été de créer un second moteur de recherche, simplifié, qui affichera tout le contenu à destination des moteurs de recherche : sans Ajax. L’expérience utilisateur est fortement dégradé, mais c’est avec un faible impact car ce moteur de recherche est relativement caché (un lien dans le footer). La plupart des utilisateurs sont d’une manière ou d’une autre redirigé vers le moteur de recherche principal. Cette solution contient donc les avantages des deux approches avec néanmoins des coûts de développement supplémentaires.

En conclusion

Lorsque le choix est à faire entre ergonomie et SEO, c’est bien le retour sur investissement qu’il faut avoir en tête.

Sources:
Pinsonnault Creative
Search Engine Guide

Posté le par Yannick d'Appili dans Ergonomie des sites web Commenter