SEO

Pourquoi conduire des tests utilisateurs lors de recherches SEO ?

«Créez des sites Web pour les utilisateurs, et non pour les moteurs de recherche» est le conseil sans cesse mis en avant par le staff de Google.

Lorsque nous nous soucions du SEO, nous sommes habitués à regarder les sites Web et à analyser la façon dont ils seraient considérés par un moteur de recherche. En réalité cependant, il y a un chevauchement assez grand entre l’utilité pour les utilisateurs et celui pour les moteurs de recherche.

Test utilisateur SEO

Cela signifie qu’il est souvent nécessaire de mener des recherches du type tests utilisateurs dans les étapes initiales de votre projet de référencement pour acquérir de précieuses connaissances sur la façon dont les visiteurs réels visualisent et utilisent votre site.

 

Taux de rebond élevé

 
La raison d’un taux de rebond élevé n’est pas toujours évidente. En effectuant des tests utilisateurs pour nos clients, il apparait que lors de la visualisation d’une page d’accueil pour la première fois, les utilisateurs ne sont pas immédiatement sûrs de ce que le site est en fait à propos.

Cette augmentation du taux de rebonds peut avoir des origines assez variées telles que des images trompeuses sur la page d’accueil ou des rubriques qui ne sont pas évidentes.

Or si les utilisateurs ont des problèmes à figurer la raison d’être d’un site, les chances sont donc très fortes pour que les robots de Google rencontrent les mêmes problèmes.

 

Temps passé sur un site

 
De même, si les gens passent beaucoup de temps sur votre site, vous ne pouvez vraiment que spéculer sur les raisons inhérentes. Est-ce parce qu’ils participent davantage sur votre contenu? Ou est-ce vraiment parce qu’ils ne peuvent trouver ce qu’ils cherchent ?

Les tests utilisateurs peuvent être en mesure de vous aider à trouver les réponses à ces questions.
 

Les mots-clés sont utiles aux utilisateurs, et pas seulement aux moteurs de recherche

 
Sinon … pourquoi les gens les chercheraient-ils? Les mots-clés sont révélateurs du comportement des utilisateurs, et le volume de recherche sont révélateurs de la façon dont les gens pensent.

Nous sommes évidemment enclins à optimiser les balises d’en-tête de mots clés ciblés, mais cela peut souvent avoir des avantages pour les utilisateurs, aussi parce les mots-clés peuvent leur donner une idée plus claire de ce que chaque section d’un site sera à propos.

Dans des limites raisonnables, utiliser des mots clés pour aider vos utilisateurs à trouver leurs chemins autour de votre site a un sens, et permet d’éviter la confusion sur l’objectif du site (ce que les tests utilisateurs mettent en avant pour nos clients).

 

Conclusion

 
Les tests utilisateurs peuvent nous éclairer sur le comportement des utilisateurs derrière les métriques sèches disponibles dans Google Analytics, ce qui en permet évidemment d’améliorer les taux de conversion.

Il est également intéressant de noter que si un gérant de site Web veut conduire un changement de pour des besoins de référencement, la preuve concrète de par l’utilisation qui est en faite par les utilisateurs peut s’avérer des plus convaincantes.

Les tests utilisateurs n’ont pas seulement pour objectif d’améliorer les problèmes d’utilisabilité ou d’identifier des bugs ; des parties de votre site difficiles à utiliser peuvent cacher des problèmes SEO que vous n’aviez pas identifiés.

Posté le par Florian d'Appili dans Tests utilisateurs Commenter

Ergonomie et SEO : les 3 points qui coincent

De plus en plus d’articles sur internet mentionnent les avantages et désavantages de l’ergonomie par rapport au SEO. Cela peut étonner car ces deux sujets n’ont en apparence aucun rapport. L’un concerne la capacité à apparaître sur les moteurs de recherche, et concerne les liens entrants, meta-tags et densité de mots clés alors que l’autre se concentre sur l’utilisateur en cherchant à lui procurer la meilleure expérience Web possible. A priori donc, pas de rapport ou points d’achoppement.

yin-yang

Sauf que certaines recommandations en termes de SEO entraînent une mauvais expérience utilisateur et que certaines décisions ergonomiques bloquent au niveau du SEO. Au passage on peut relever ce paradoxe : le SEO a en grande partie pour objectif de faire gagner en visibilité sur Google alors que l’expérience utilisateur Web est elle-même fortement influencée par les choix de Google (le plus souvent excellents, à l’exception notable de Google Wave) qui deviennent rapidement des standards du Web.

Ci-dessous une description des 3 points points principaux de frottement entre ergonomie et SEO (cet article se focalise sur le « on-site SEO », car les liens entrants n’ont pas d’influence directe sur l’ergonomie)

La densité de mots clés

Pour améliorer son référencement, il est important d’écrire son contenu en gardant en tête le fonctionnement des moteurs de recherche. En s’assurant d’une certaine densité de mots clés préalablement identifiés, on sera automatiquement mieux placé dans les pages de recherche. Le problème c’est qu’en pensant trop aux mots clés et trop peu à l’utilisateur, le contenu devient illisible ou sans intérêt pour les utilisateurs, qui ne sont pas des robots de moteur de recherche.

Les cas extrêmes de ces pratiques sont les sites Web dont le business model est de répondre parfaitement aux requêtes de longue traîne des recherches Google afin d’afficher des liens rémunérés. Ces entreprises se focalisent sur les recherches rares de Google puis rédigent des articles contenant exactement les mots clés recherchés. Même pour des recherches rares, cela apporte un flux de visiteurs qui iront sur leurs sites et cliqueront sur leurs annonces publicitaires.

Un des leader dans ce domaine est Demand Media qui nous fournit des « perles » d’expérience utilisateur, tels que les fermes d’élévage de contenu que sont ehow.comexaminer.com ou encore mahalo.com. Cela donne des articles de « qualité », tel que cet « intéressant » guide en 8 étapes pour choisir un maillot de bain.

Le choix n’est cependant pas dichotomique: opter pour un contenu intéressant en se focalisant sur des mots clés préalablement choisis reste la meilleure solution pour améliorer votre SEO sur la durée en poussant vos utilisateurs à revenir sur votre site et en favorisant la création de liens externes pointant sur votre site.

Les URL

Une des recommandations pincipale du SEO est de placer ses mots clés dans l’URL, voir dans le nom de domaine. Dans ces deux cas, cela à un impact néfaste sur l’expérience utilisateur. Jakob Nielsen dans son article URL as UI explique que les URL qui fonctionnent le mieux en terme d’expérience utilisateur sont les URL courts et facile à se rappeler. Difficile en ce cas là de placer tous les mots clés souhaités dans l’url.

Jacob Nielsen

Le blog de Visual Website Optimizer est d’ailleurs pris en flagrant délit : visualwebsiteoptimizer.com/split-testing-blog. Pas moins de 6 mots clés dans l’URL de la page d’accueil du blog : tout simplement impossible de s’en rappeler ! A contrario, on peut citer le blog de Airbnb : blog.airbnb.com.

Il faut bien cependant prendre en compte que l’impact des URL sur l’expérience utilisateur s’estompe au fur et à mesure que les barres de recherche des navigateurs Web deviennent plus performantes. En l’occurence, en tapant simplement « visual blog » dans mon Google Chrome, le blog de Visual Website Optimizer est le premier résultat à s’afficher.

Ajax

Les technologies Ajax inventées (on a tendance à l’oublier) pour IE6 ont été un des plus grand pas en avant dans l’expérience utilisateur. Leur premier avatar a été Gmail, puis Google Maps, puis tous les géants du Web ont emboîté le pas de Google jusqu’à ce qu’aujourd’hui les technologies Ajax deviennent extrêmement répandus. Ces technologies permettent une plus grande rapidité et une expérience utilisateur beaucoup plus proche des applications desktop.

Le problème, en terme de SEO, c’est que les robots des moteurs de recherche n’exécutent pas le javascript. Cela fait que tout le contenu qui apparait suite à des actions Ajax est invisible pour les moteurs de recherche. Résultat : du contenu risque de ne pas être affiché sur la page de recherche de Google, même s’il correspondent exactement aux termes recherchés par l’utilisateur.

Ajax

Prenons l’exemple pertinent du site de vente de voiture en ligne Aramis Auto. Ce site repose sur un moteur de recherche utilisant des critères permettant de préciser les options, couleurs, prix et de n’afficher que les véhicules qui correspondent à toutes les options : avec Ajax. Pour accélérer le rendu, tout les calculs sont faits en Ajax. En conséquence, la plupart des fiches véhicules ne sont pas visibles par les moteurs de recherche. Dommage pour un site de vente en ligne : cela revenant à cacher la vitrine d’un commerçant.

La solution mise en place par Aramis Auto a été de créer un second moteur de recherche, simplifié, qui affichera tout le contenu à destination des moteurs de recherche : sans Ajax. L’expérience utilisateur est fortement dégradé, mais c’est avec un faible impact car ce moteur de recherche est relativement caché (un lien dans le footer). La plupart des utilisateurs sont d’une manière ou d’une autre redirigé vers le moteur de recherche principal. Cette solution contient donc les avantages des deux approches avec néanmoins des coûts de développement supplémentaires.

En conclusion

Lorsque le choix est à faire entre ergonomie et SEO, c’est bien le retour sur investissement qu’il faut avoir en tête.

Sources:
Pinsonnault Creative
Search Engine Guide

Posté le par Yannick d'Appili dans Ergonomie des sites web Commenter